Sélectionner une page

L’ESEM France, plateforme d’orientation spécialisée dans les études médicales et paramédicales, notamment dentaire, nous parle du choix des sièges opérateurs pour les chirurgiens-dentistes ou leur assistante.

Choisir un fauteuil qui permet d’adopter une bonne posture

Pour adopter une bonne posture, les pieds du praticien doivent être à plat sur le sol et les cerclages sont totalement inutiles au niveau des sièges opérateurs. Les cuisses légèrement inclinées sans compression. Les bras contre le corps et les avant-bras relevé jusqu’à atteindre la bonne distance focale souhaitée. Il faut éviter toute compression abdominale afin de faciliter la digestion et éviter l’augmentation du taux de cholestérol, le patient doit être allongé mais pas trop bas, car cela créerait une contrainte au niveau des cervicales.

Choisissez donc un siège qui réunit tous ces critères : assise inclinable, piétement à faible encombrement pour ne pas gêner l’activation de la pédale, système de débrayage permettant aux dossiers de venir se plaquer dans le dos, ainsi que la possibilité d’ajouter des appuis coude à droite et à gauche. Enfin, il est important de veiller au choix du vérin. Il doit être adapté à la taille de l’opérateur

Une selle peut convenir à certains praticiens

L’utilisation d’une selle peut être une solution pour certains praticiens. En effet, en comparaison d’un tabouret classique, l’utilisation correcte d’une selle suppose une position nettement plus élevée. Cela permet de bénéficier des avantages que procure une posture semi-debout. Le dos doit rester bien droit, pour cela l’opérateur utilise l’accoudoir en position ventrale afin d’avoir les coudes en appui.

Si c’est l’assistant(e) qui utilise une selle et le praticien un siège classique, l’assistant(e) pourra ainsi surplomber la scène et contrôler parfaitement la zone active. Elle peut ainsi aisément prendre en charge la passation des instruments sans gêner le pratiquer.

Le tabouret avec cerclage

Certains tabourets disposent d’un cerclage pour les pieds. Ils permettent une position beaucoup plus haute. L’appui ventral, quant à lui, va éviter d’être en déséquilibre. Le choix du vérin long ou standard est nécessaire pour ce type de tabouret.

La configuration suivante, siège traditionnel muni d’un appui coude pour le praticien et tabouret avec cerclage et appui ventral pour l’assistant(e), permet à ce dernier d’effectuer les passations avec facilité.

Caractéristiques d’un tabouret idéal pour assistant(e)

Ce type de siège doit disposer d’un vérin haut de préférence, d’un cerclage pour les pieds réglables sur la hauteur du vérin, un appui ventral type swing et de préférence une selle cuir pour éviter de glisser puisque l’assistant(e) a tendance à pencher sur la barre.

Grâce aux conseils de l’ESEM France vous connaissez maintenant toutes les spécificités que doit posséder un bon fauteuil pour dentiste.