Sélectionner une page

Il n’est pas rare d’observer chez les français une confusion entre les métiers de kinésithérapeute et d’ostéopathe. Même si ces deux praticiens utilisent le toucher pour engager le processus de guérison, la kinésithérapie et l’ostéopathie ont chacune leurs spécificités…

Des objectifs et des traitements différents

Deux disciplines relativement récentes (bien qu’elles s’appuient sur un savoir ancestral) qui sont effectivement souvent confondues… Et pourtant, une fracture pour deux approches.

Des approches théoriques distinctes

  • L’approche théorique de la kinésithérapie sous-entend davantage le traitement spécifique selon la zone anatomique. Une approche à priori moins globale mais de facto plus ciblée que l’ostéopathie.
  • L’ostéopathie quant à elle repose sur une conception holiste du corps. En effet, selon Andrew Taylor Hill son inventeur (fin du XIXème) toutes les structures du corps communiquent entre elles, dans un corps doté de capacités d’auto-régulations qui peuvent être amenuisées par des maux et des troubles (dont les causes sont diverses, par exemple psychologiques). En bref, ce n’est pas tant la maladie qui intéresse un ostéopathe, mais sa cause…palpable au niveau des articulations, des organes, des os du crâne aussi. L’ostéopathe va donc « libérer » ces zones de mobilités restreintes pour rétablir l’équilibre physique et engager le processus de guérison.

La récurrence des séances

On peut faire une distinction plus nette sur la visée et la récurrence des séances :

  • Le traitement kinésithérapie répond comme vous l’avez compris avant tout à un problème identifié par le médecin traitant. Ce fait sous-entend un programme de soins récurrents jusqu’à la guérison.
  • Pour l’ostéopathie c’est un peu différent, les personnes ont plus tendance à recourir à un ostéopathe pour des soins ponctuels et isolés dans le temps (par exemple lors d’un changement de saison en cas de fatigue générale).

Des soins remboursables ?

En kinésithérapie, on suit avant tout un protocole de rééducation suite aux recommandations de son médecin traitant. Aussi, leurs actes sont remboursables par la sécurité sociale. En outre, l’action du kinésithérapeute est régie par le code de la santé, c’est une profession reconnue depuis 1946.

Pour l’ostéopathie c’est un peu plus compliqué : les soins ne sont pas remboursables pour la sécurité sociale. Le titre d’ostéopathe n’a été officialisé que le 4 mars 2002.

L’avis de l’ESEM France sur l’amalgame Ostéopathie Kinésithérapie

Il est vrai que l’amalgame entre ces deux professions perdure. D’ailleurs, les étudiants intéressés par la rééducation et le soin ne sont pas toujours au fait des spécificités de ces deux métiers… Aussi chaque année on assiste à des transitions d’une filière à l’autre. Parallèlement, on relève toujours des tensions entre les praticiens de ces disciplines. Et puis, à côté du piège de l’amalgame, se trouve le danger de l’opposition systématique : le quotidien de l’ostéopathe et du kinésithérapeute répond à une même finalité ; la guérison du patient grâce aux mains.