Sélectionner une page

Actif depuis 2012, l’Esem France est connu pour avoir révolutionné la formation médicale et paramédicale en France grâce à ses partenariats avec de nombreuses écoles de santé reconnues par l’Union Européenne.

Rappelons ici l’hypocrisie de la situation : Il est admis “par tout le monde” que le système de sélection pour les études de médecine en France est particulièrement injuste, excluant de nombreux élèves même ceux avec de très bon résultats. Aussi, il est admis par tout le monde que la France n’a jamais autant gravement souffert des déserts médicaux, que sa population vieillissante est la première à en souffrir les conséquences ou qu’un simple rendez vous pour un mal de dent peut prendre plus de 2 mois d’attente. De tels exemples se comptent par milliers et s’aggravent de jour en jour.

Pourtant, un système aussi aberrant a réussi à perdurer en partie à cause de la peur des décisionnaires politiques face à certains syndicats pathétiquement agressifs, qui défendent des intérêts corporatistes, très loin de ceux de l’intérêt général puisque leur vraie motivation est de limiter le plus possible la concurrence sur leur marché. Il sont responsables de la pénurie de praticiens et des coûts très élevés des soins.  

L’Esem France a choisi de se battre contre leur corporatisme.

Craignant l’arrivée de nouveaux concurrents très compétents, nos détracteurs utilisent principalement la xénophobie comme choeur d’argument. Ils se prétendent plus compétents que des praticiens formés à l’étranger dont les diplômes sont pourtant reconnus par l’Union Européenne, et donc la France. Qui sont-ils pour se prétendre meilleur dentiste, meilleur kinésithérapeute, ou meilleur pharmacien ? Qui sont-ils pour prétendre que des universités reconnues par les plus hautes institutions de l’Union Européenne ne sauraient juger de la qualité d’un étudiant et lui délivrer son diplôme ?

Alors peu importe la fatuité et vacuité de quelques agitateurs d’opérette même pas représentatifs, l’Esem France continue, et cela grâce à son esprit d’innovation ainsi que ses équipes pédagogiques et administratives soudées aussi solidement qu’une famille unie pourrait l’être.  

Comme pour toute combat contre le corporatisme, personne n’a jamais dit qu’il s’agirait d’un combat facile et pourtant, l’Esem France a déjà gagné car :

-Chaque année plusieurs milliers de diplômés d’un pays de l’Union Européenne choisissent d’exercer en France ou dans un pays communautaire. Esem ou pas Esem, la modernisation est inéluctable. C’est l’Europe, c’est l’échange, c’est la mobilité entre ses citoyens. Prétendre qu’ils seraient inférieurs à des étudiants formés en France ramène à une xénophobie tristement passéiste.  

– Depuis notre création plus de 400 anciens étudiants du réseau Esem France exercent leur profession médicale en France et dans la commune de leur choix.

-Plus que jamais, nous croulons sous les candidatures et nous comptons varier encore plus  nos cursus.

-Plus que jamais aussi, l’Esem France reçoit des appels et des messages de soutien venant d’étudiants, de parents, de sympathisants mais aussi de professionnels de santé, de professeurs reconnus, d’institutions prestigieuses ou d’établissements de santé de type Ehpad, hôpital, clinique, maison de santé, association, etc,. qui reçoivent  nos étudiants et louent la qualité de leur formation.

Avec la multiplication de ses partenariats à travers l’Europe, preuve de la qualité de ses services, l’Esem France connaît actuellement une phase de croissance exponentielle et à la hauteur des enjeux de la santé des français.

Notre énergie, notre obstination, notre détermination, en sont plus que jamais inébranlables.

Et surtout, nous remercions nos étudiants, anciens, actuels et futurs d’avoir sû nous faire confiance. Ils font honneur à leur profession.

C’est pour eux que l’Esem France a été créé.